La fonction achats se transforme pour apporter plus de valeur ajoutée et faciliter les innovations via la collaboration fournisseurs tout en respectant des principes (développement durable, éthique …).

TRANSCRIPTION

alors bonjour à toutes et à tous je vous souhaite la bienvenue dans cette belle salle de la société industrielle de mulhouse lui gagné président de la sim n’a malheureusement pas pu se joindre à nous pour cette 43e conférence phare organisée en partenariat avec l’école de management de strasbourg sur le thème des achats une innovation par et avec les fournisseurs ou comment créer de la valeur au delà des frontières de votre entreprise nous sommes la cci et l’asim partenaires des conférences phare de l’école de management de strasbourg depuis 2011 ce partenariat prend la forme d’une conférence organisée une fois par an à mulhouse et l’objectif de cet événement est de susciter et de renforcer les échanges entre le monde universitaire et les petites et moyennes entreprises autour d’une thématique ainsi nous avons accueilli en mai 2011 une conférence consacrée aux réseaux sociaux en décembre 2011 une autre en écho un public à la publication de l’ouvragé d’agnès lafaurie sur l’audace d’entreprendre et enfin une troisième en 41061 dédiée à la transmission d’entreprise aujourd’hui nous vous proposons des regards croisés sur l’innovation entre les fonctions achats les fonctions r&d et fournisseurs les entreprises doivent être de plus en plus agile performante flexible et la fonction achat peut justement apporter plus de valeur ajoutée et faciliter les innovations pour répondre à ces nouveaux enjeux nous avons la chance d’accueillir des responsables achats innovation et responsables d’entreprises prêts à partager leur expérience mais également une spécialiste en la matière en la personne de laurent vial qui est enseignante chercheur chercheuse pardon à l’école de management de strasbourg et je lui laisse avec plaisir la parole et je vous remercie encore d’avoir répondu présent à notre invitation le professeur bonsoir à toutes et à tous bienvenue à cette conférence phare comme vous le savez si vous suivez un petit peu nos aventures à l’école et management nous organisons des conférences phare régulièrement général une à deux par an sur les achats bien sûr il n’a plein d’autres théo va vous en parlais juste après donc cette conférence sur les achats l’innovation c’est la première fois en alsace par contre elle a déjà eu lieu sur paris et moi on a trouvé ça très très intéressant on s’est dit pourquoi pas à mulhouse donc voilà pour présenter l’école je conçois serait bien théo que tu viennes pour nous dire quelques mots de ce que fait bien bonsoir à toutes et à tous alors après l’introduction déjà très complète qu’il ya des fêtes je vais faire bref et laisser la parole aux experts et aux chercheurs excusé quand même isabelle barth la directrice générale de l’école de management de strasbourg qui aurait voulu être là ce soir je vais me faire son fidèle porte parole pour déjà dire une chose qu’elle répète régulièrement l’école de management de strasbourg comme son nom ne l’indiqué pas est l’école de commerce de la région alsace pas uniquement celle d’une ville et c’est donc toujours avec plaisir qu’on organise des conférences à mulhouse mulhouse qui n’est pas uniquement un lieu où on organise des conférences mais comme vous l’avez peut-être vu dans la brève biographie de laurence qui est passé on a aussi des actions de formation notamment au travers d’un master administration des entreprises ce lien entre l’école de management et son territoire est très important et c’est aussi une très bonne occasion avec cette conférence de rencontrer des entrepreneurs haut rhinois deux d’entre eux vont témoigner tout à l’heure et de pour nous de voir aussi la vivacité évidemment de ce qui se passe en haute alsace une dernière chose à dire c’est que une école de management c’est évidemment de l’enseignement c’est aussi de la recherche et les conférences phare participe vraiment du projet de l’école qui est de mettre en lien les travaux de nos chercheurs académiques avec les besoins et les retours d’expérience des entreprises on est le 2 juillet c’est sans doute la dernière conférence de l’année salut salut ça lui donnera une saveur particulière avant les vacances je souhaite que ce soit aussi un temps de respiration et de réflexion pour tous chacun d’entre vous qui êtes en activité et vous puissiez bénéficier évidemment de ce temps de pour se poser peut-être que ça bénéficié à vos réflexions estivale la place maintenant à laurent rapidement je pense qu’on peut dire sur l’école de manière très succincte c’est vous le savez que c’est la seule business school donc écoles de commerce qui appartiennent à une université pluridisciplinaire l’université de strasbourg et c’est une école qui aujourd’hui compte 2600 étudiants répartis dans différents programmes qui vont du bac + 3 au doctorat en passant bien sûr par le par le bac + 5 le président de l’école c’est françois loos qui est vice président de la région alsace voilà en termes d’organisation on va d’abord faire un petit tour de table donc je vais inviter mes intervenants ils disent un petit peu qu’ils sont ce qu’ils font dans leur entreprise et qui sont leurs entreprises et ensuite on aura un petit peu une revue de littérature sur les achats et l’innovation c’est que dino chercheurs que disent les chercheurs sur quoi ils travaillent en ce moment et après on démarre à la table ronde donc questions réponses sur un certain nombre de sujets et bien sûr on vous donnera la parole donc pour arrêter aux alentours de 19h45 20h à la donc je vais appeler lucile cussenot de l’entreprise cass bergues si tu veux bien te présenter rapidement bonjour donc lucile que snow du groupe carlsberg je travaille en recherche et développement et sur le packaging voilà donc pour présenter carlsberg carl mergele quatrième brasseur mondial un bon coup voilà à peu près où on est quarante et un mille employés on a on est le premier marché c’est la russie le deuxième c’est la france qui ont été déployés partout vous voyez aussi bien en asie également alors je pense que ce que tu viens de dire par rapport à la france que c’est le deuxième marché c’est un point extrêmement important et qui explique aussi pourquoi ton rôle a été créé au sein de la société peut-être que tu nous en parlera tout à l’heure mais c’est très très important effectivement le fait que la france on est des gros buveurs de bière effectivement bon rôle et de jeu couvre en recherche et développement je couvre à la fois l’innovation et le développement donc c’est vraiment du début du projet jusque dans les usines et mon travail essentiel c’est justement de travailler que les fournisseurs puisque ce qui nous apporte les solutions techniques ok voilà merci beaucoup quelques quelques bières toulouse emmené les échantillons hockey à tout à l’heure aux cocktails merci merci du cil cryostar avec marianne samuel directrice des achats merci bonsoir à tous donc cryostar je vais essayer de vous résumer en quelques minutes ce que l’on fait en fait de cryostar donc est basée à l’img à côté de saint louis on est environ 600 personnes et notre métier en fait on produit des pompes des turbines et des compresseurs donc je des porn et d’échantillons c’était un petit peu trop haut on est basé quasiment sur les cinq continents puisque nous avons des entités aux etats-unis au brésil en chine à singapour et en france et en inde et donc vous voyez sur les slides les différents types de machines que nous produisons des pompes centrifuges des turbines des pompes à pistons est en fait notre métier alors pourquoi cryostar parce que cryogénie et en fait on va utiliser notre métier c’est de gazéifier et liquéfiés des fluides afin de les transporter ou de les transformer en énergie tout cela en utilisant des températures et des pressions et températures très basses d’où cryogénie puisque nous entrons des problématiques banos températures très basses et nous avons quatre marchés principaux qui sont les gaz de l’air si on peut passer juste que cela ait deux suivants les gaz de l’air tout ce qui est gaz naturel liquéfié nous travaillons aussi beaucoup dans la marine tout ce qui est méthanier donc que nous récusons en fait nous récupérons sur les méthaniers par exemple nous récupérons le gaz naturel qui est transporté qui s’évapore dû à la chaleur nous le récupérons donc il est sous forme gazeuse nous leur mettons sous forme liquide grâce à des compresseurs nous leurrer injectons soit dans la cuve pour qu’ils soient livrés aux clients normalement ils étaient perdus soit le réinjecter directement dans les moteurs pour la propulsion des bateaux est notre dernier métier en fait dans notre dernier segment de marché c’est tout ce qui est équipements pour énergies renouvelables dont quelques opérations d énergie de détente géothermie biomasse biogaz etc etc merci beaucoup nous devons tourner de 98% 99 merci et enfin 3m a avec le président directeur général laurent schneider voilà bonsoir voila moi je suis on va dire par un par nature dans l’innovation marketing voilà donc ces trois et main on s’affiche comme générateur de valeur on et 240 personnes notre siège est à rouffach on est aussi en région parisienne et c c’est tout simple et à la fois très compliqué on a décidé de prendre un virage à 180 degrés il ya sept ans en partant de moyens d’impression traditionnelle et on est aujourd’hui on va dire sur le marketing relationnel sur toutes ses formes que ce soit papier plastique ou digital avec des gros moyens informatiques un des gros moyens dans l’innovation marketing et donc on s’adresse à toutes les entreprises qui communiquent pour leur faire gagner on va dire de la valeur merci beaucoup alors on a déjà parlé de l’école de management donc je vais passer très vite sur sur le sujet or peut-être quand même m’arrêter un petit peu sur le programme grande école est pour montrer qu’on a un parcours spécialisé sur les achats et la supply chain donc bac + 5 parcours grandes écoles donc des personnes qui sortent de prépa hec qui font leur dernière année de spécialisation à strasbourg en apprentissage ou bien en formation initiale voilà donc ce que je vais faire avant de démarrer les débats c’est vous donner un petit peu ce qui se dit sur le sujet achat une innovation donc le plan il est là c’est des définitions et puis trois sujets qui suivent qui sont l’innovation ouverte donc on va en parler un peu ce soir les relations inter organisationnel et puis aussi les collaborations ou les partenariats voilà donc si on regarde les définitions déjà et innovation ces renouvellements c’est qu’elle en sait quelque chose qui n’existait pas et qui a derrière va apporter de la valeur et va aussi créer un marché donc générer du chiffre d’affaires donc ce que dit jack nicholson qui est assez connu 3 m donc quand j’ai parlé troisième à ont m’a dit tu sais 3ème non non c’est 3ème 1 donc donc nous n’avons pas le docteur jack nicholson ce soir mais c’est une référence en termes d’innovation cette société donc lui ce qu’ils disent et l’innovation sur la transformation de la connaissance en argent donc encourageons nos personnels nos équipes à explorer et à collaborer et à faire du réseau vous avez parlé tout à l’heure de conférences dans les réseaux sociaux on en parle aussi à l’école de management en cours achat puisqu’on sait que c’est extrêmement important et expérimentés voilà donc ce qu’on voit aussi c’est qu’il novation c’est pas parce que je vais investir beaucoup d’argent en innovation que forcément je vais je vais innover donc ça s’achète pas donc c’est pas simplement une histoire d’argent l’innovation donc là c’est un extrait d’une d’une étude de booz & company qui dit que en fait les sociétés comme apple google et 3m sont pas forcément celles qui dépensent le plus mais celle qui innove le plus alors l’innovation ouverte on en entend beaucoup parler c’est d’une part recueillir des informations qui viennent de l’extérieur donc essayé d’innover avec des partenaires extérieurs soit via des plateformes d’innovation soit via la collaboration ou alors de valoriser en fait des connaissances à l’intérieur sur les sujets qui sont différents des habitudes et des salariés pour innover pour mieux avec des nouvelles des nouvelles idées donc il ya un auteur qui est extrêmement connue qui s’appelle en richesse boue qui par son ouvrage on a beaucoup parlé de d’open innovation alors on en parle beaucoup aux états unis on va voir si on en parle aussi au sein de vos entreprises en alsace pourtant 70% les sociétés considèrent qu’elles sont tout début de ces processus d’open innovation c’est quelque chose d’assez récent il ya un autre concept qui est assez intéressant on en a parlé à paris et je pense qu’on va en reparler également ce soir c’est le lead user donc à un moment donné avoir des idées c’est bien mais il faut bien que quelqu’un s’en part de l’idée et aille au bout pour pouvoir mener à bien le projet donc eric von hippel duhaime haïti donc a défini ce lit d’user en disant que c’est un user qui est capable de capter les tendances et qui est capable aussi de faire naître ou à mener au bout l’innovation donc on en a un peu parlé justement avec danone il ya deux semaines et puis le sujet de ce soir c’est innover oui mais aussi avec les fournisseurs par les fournisseurs donc ça c’est encore plus récent 2006 2007 il ya de plus en plus de papier qui sortent sur le sujet on se rend compte que innover avec les fournisseurs c’est reconnaître que ses partenaires vont apporter de la valeur mais pour qu’il puisse apporter de la valeur il faut qu’il y ait une confiance dans la relation donc la difficulté ça va être comment établir cette confiance sur le long terme puisque c’est pas travailler son court termisme moyen terme donc ça c’est pas évident et comment aussi les réussir à amener cette innovation pour que ça soit gagnant-gagnant et du côté du fournisseur et du côté de la société alors je vous ai parlé de relations internes organisationnel donc on parle beaucoup d’agilité de ces organisations parce qu’on se rend compte qu’on est dans un monde déjà on est au niveau global on en a parlé un peu tout à l’heure en introduction on n’est plus tout seul donc en fait on est on doit forcément se doit de travailler avec des partenaires extérieurs c’est une tendance en stratégie que l’on voit également donc c’est là où le héros il ya beaucoup de papiers sur le vo on se rend compte que grâce aux relations inter organisationnel on peut apporter de la valeur crée de la valeur est également développée les nouveaux projets et d innovation j’aime beaucoup les ses bonnes habitudes de steven qu’au koweït qui est un peu un basique en termes de douvres âge en management et il dit qu’à un moment donné pour pouvoir créer de la valeur et pour pouvoir innover il va falloir aussi un moment donné être humble et c’est quelque chose que j’ai souvent rencontré les innovateurs ou des personnes qui avaient book qui était très créatif c’est qu’ils sont extrêmement à l’écouté des autres et 13 ans pts sur ce qu’ils peuvent faire et du coup il ya des résultats derrière enfin la collaboration donc deux professeurs tisser norbert alter qui lui aussi est spécialiste en innovation d’ailleurs où on voit que ben la collaboration c’est extrêmement important pour pouvoir à un moment donné a mené une organisation à être plus performantes et à innover se différencier et donc être plus performant sur le long terme donc je termine par aristote qui parlait aussi qu’ils présentaient bien ce principe de collaboration et le fait de travailler ensemble en équipe c’est extrêmement important donc voilà ce que ce que je voulais vous présenter ce soir donc la collaboration l’innovation avec et par les fournisseurs c’est vraiment un sujet dont on parle beaucoup au niveau de la recherche mais également dans la pratique puisque pour organiser ces conférences que ça soit sur paris ou sur mulhouse on s’est rendu compte qu’on ne discutant avec les différents contacts qu’on avait et bien il se passer beaucoup de choses donc en fait ça va être un petit peu l’objectif la de ses prochaines cette prochaine demi heure en heure on va voir combien de temps on va passer pour savoir mais quel est votre regard vous sur ce sujet est-ce que c’est au coeur devait de vos préoccupations comment vous faites pour mettre en place ces projets quels sont les facteurs qui vont aider quels sont les facteurs au contraire qui pose problème est-ce que vous avez mis en place une organisation spécifique qui va nous permettre ben d’innover plus facilement avec et par les fournisseurs quand vous innovez avec les fournisseurs ce que vous mettez en place un certain nombre de de contrat ou de propriété intellectuelle comment vous protéger tout ça est ce que vous avez des exemples qui ont marché et des exemples au contraire qui n’ont pas marché est ce que vous avez vous pouvez nous dire quels sont les exemples qui qui n’ont pas marché pourquoi quel est votre regard on parlera également de compétences achat parce qu’on est dans une conférence achat ce soir est-ce qu’il faut une compétence particulière au niveau des acheteurs donc est-ce qu’on doit recruter on en parlait juste juste avant avec madame samuel des acheteurs nouveau c’est quoi un acheteur nouveau d’ailleurs quelles sont les compétences qu’on va on va chercher et puis enfin la connaissance c’est à dire qu’à un moment donné pour pouvoir innover il faut avoir une connaissance capter cette connaissance lagarde et puis en faire quelque chose on n’a pas encore trouvé la solution c’est beaucoup de questions qui ont été posées aussi à la conférence de paris on va peut-être ces deux de trouver des solutions ce soir voilà s’est pas limitée c’est pas limitatif en tout cas c’était les premiers les premières questions que j’avais donc je vais à l’eau donc je vais démarrer par une première question qui est en fait on vient de parler d’innovation on vient de parler d’innovation l’appareil et d’innovation avec et par les fournisseurs déjà première des premières questions c’est quoi votre définition de l’innovation alors peut-être lucile mois l’innovation c’est apporter quelque chose de nouveau et qui apporte un intérêt d’abord pour l’entreprise peut par exemple imaginer des innovations qui permettent de réduire les coûts et là ça bénéficie qu’à l’entreprise et il ya aussi des innovations qui vont bénéficier aux consommateurs aux clients faut pas oublier le client donc c’est une nouveauté ce que je peux dire c’est dans le procès innovation pour moi je catégorie ce de type d’innovation il ya ce qui s’appelle conditionneurs poule qui est qu’en fin de compte marketing va regarder dans le détail le marché identifié certains consommateurs ils vont faire un brief très précis de ce qu’ils veulent et il ya ce qui s’appelle le technologie push c’est par exemple ce que fait apple oui vont identifier des grandes tendances sur le marché ils vont développer des technologies et créer un nouveau besoin et c’est deux types d’innovations peuvent être faites avec les fournisseurs est ce que tu peux nous dire la différence entre l’innovation incrémentale est une innovation de rupture est ce que pour toi c on a même nommé au même niveau la difficulté de l’innovation de rupture je dirai ce que j’appelle aussi technologie push c’est que on va développer une technologie après il faut convaincre marketing faut trouver les clients aussi en interne pour avancer sur le projet c’est là où je fais une différence par contre là l’innovation incrémentale on peut avoir des choses très très innovante qui sont très original mais souvent dans la majorité des cas ces des innovations qui qui sont plus facilement copiable par la concurrence qui sont peut-être moins pérennes alors juste un dernier point par rapport à l’innovation avec et par les fournisseurs à ce que pour toi c’est indissociable d’innover avec dans notre métier effectivement toutes les innovations les faits avec les fournisseurs même si l’idée d’une nouvelle technologie créée dans notre entreprise on va commencer une collaboration avec des fournisseurs tout se fait avec les fournisseurs à différents niveaux marianne bah pour moi sur la partie innovation effectivement je rejoins ce qui s’est dit et ce qui s’est dit dans la présentation aussi à la partie innovation qui est plutôt la partie amélioration produit qui va apporter quelque chose sur un marché une rupture éventuellement technologique et puis je mettrais quand même une deuxième partie d’innovation peut-être celle avec un petit cas peut-être pas les lettres de noblesse comme l’apprend hier mais qui est tout aussi importante et qui apporte autant de bénéfices à l’entreprise qui est l’innovation process l’innovation process des fournisseurs quand ils ne font diminuer les coûts quand ils ne font réduire les délais quand ils améliorent leurs capacités de production ça c’est aussi l’innovation pour nous et ça qu’on recherche au quotidien merci laurent moelleux l’innovation je peux continuer sur l’innovation process parce que c’est mon métier je vais très bien voilà on est on est très très franc là dessus en fait on est on est parti d’un constat qui est qu’il faut savoir faire autant au mieux avec moins et à partir de là il faut se réinventer et toute la problématique qu’on a c’est de générer en fait les idées et ensuite une fois qu’on a généré les idées c2c d’en faire quelque chose qui va qui va servir et qui va qui va être un générateur de valeur voilà donc nous on a mis toutes les entreprises on va dire en mode réinvention et puis on il ya des effectifs des innovations qui sont vraiment des générateurs de valeur pour les clients qui sont des petits intranet voilà qui facilite la vie des choses comme ça et puis il ya des innovations de fond qui en fait créé le marché et ses innovations de fond c’est plus complexe parce qu’il faut les il faut les vendre d’accord il faut les apporter il faut former le faut former le marché voilà mes mais on est bien sur les deux sujets et on est que chez nous essentiellement dans l’idée mais l’idée on l’a fait passer aussi elle devient très très palpable à part ce moment on commence à faire bosser des informaticiens des ingénieurs informatiques d’accord et quand on fait travailler des ingénieurs informatiques faut les orienter d’accord sinon on tourne en rond quoi voilà donc c’est donc c’est pas forcément facile mais il faut savoir un peu où on va et puis temps en temps on se trompe voilà très clairement un accord faut faut accepter de se tromper alors au sein de vos sociétés vous y trouvez vous avez des exemples d’innovations est-ce que vous pouvez nous donner des exemples et l’organisation vous avez mis en place pouvoir lancer et les projets nous présenter cryostar la partie innovation fait nous on a très vite identifié que l’un des facteurs clés de succès sur nos marchés c’est effectivement l’innovation donc on l’a vraiment inscrit dans notre notre adn voilà donc dès le départ un critère c’est une société qui a qui a 40 ans dès le départ en fait par la direction s’était identifié comme vraiment le facteur clé et c’est notre positionnement marché c’est à dire d’être le leader technologique depuis 40 ans innovation et tout temps oui et ça s’est déclinée au travers de l’entreprise c’est une impulsion qui est donnée par la direction et c’est une impulsion qui est donnée au travers de toute l’entreprise au travers de toute l’organisation puisque la première des valeurs de cryostar qui sont listées là au dessus c’est innover derrière en deuxième c’est relever des défis donc on est quand même bien dans le domaine de l’excellence et du et du défi et c’est quelque chose que bas que l’on pratique au quotidien et qui est dans les veines de chacun parce qu’on sait que si on n’innove pas on est sur des marchés on est à 80 90 % à l’export on travaille beaucoup à l’asie en asie si on n’innove pas on se fait rattraper très très vite par par nos concurrents et donc c’est quelque chose que qui est ancré dans l’adn de notre entreprise on a notamment l’une des dernières innovations que nous avons fait sur une île désolée je vais rentrer un peu dans le dans la partie technique mais sur une pompe haute pression donc pour vous donner la petite les petites images en bas vous voyez c’est une pompe haute pression simplex alors c’est une nouvelle aussi mais ça ressemble plutôt à ça en général et sur la grande image en fait voyez que il ya trois cylindres 3 tête froide donc c’est une triplex c’est quelque chose qui va servir justement sur les bateaux c’est un peu le le commonwealth que vous avez dans vos moteurs diesel on le retrouve sur les bateaux donc s’est injecté directement du du gaz naturel liquéfié dans les moteurs pour pour les faire avancer et pour faire des réductions de coûts d’énergie typiquement là c’est un projet complètement nouveau on a dû travailler que nous fournisseurs sur la partie technique sur la partie pièce sur les particules fonderie sur la partie embiellage etc et puis on a aussi l’une des plus importantes innovations à mon sens avec les fournisseurs sur 7 sur cette innovation c’est que tout simplement sur la partie cylindres tête froide à l’e3 tête froide à la place d’une banque par avons travaillé avec un fournisseur qui était en limite de capacité et et quand on arrivait avec cette nouvelle cette nouvelle application il a dit mais je saurai jamais faire je saurai jamais vous fournir et en travaillant avec qui on travaille sur son process et c’est l’innovation aussi il a réussi on l’a on a vraiment mis les moyens avec lui on a réussi à réduire les temps et à pouvoir produire cette capacité là on reviendra sur ce projet mais vous avez dit tout à l’heure ça fait 40 ans que cryostar parle d’innovation vous qui venez d’autres sociétés que vous avez un parcours avant cette société est-ce que vous pensez que si c’était pas dans le premier numéro un en termes d’objectifs et dans votre adn les projets ni il n’irait pas aussi vite et il n’y aurait pas aussi loin ou est-ce que là je pense je pense qu’il faut qu’ils aient vraiment une conscience il faut que ce soit impulsée par la direction et je pense qu’il faut qu’ils aient vraiment une conscience de tout le monde de ce que c’est que son marché de ce que ce que veulent est ce que sont les clients et que ce sont bien les clients qui font vivre l’entreprise pour moi dans les différentes j’ai travaillé dans différents domaines je serai dans l’automobile dans l’énergie et autres plus les achats en tout cas sous la partie fournisseurs mais plus les achats sont loin des réalités de la vente et du client et moins il y aura des innovations – ils graviront les fournisseurs et moi on ira dans ce sens là lucile 1 quel est ton avis par rapport à ça est ce qu’il faut une organisation spécifique pour innover ont pas forcément comment ça marche et g15 berton oui il ya une innovation spécifique ne serait ce que par le fait que comme la plupart de nos innovations sont par les fournisseurs en termes de recherche et développement on va réduire le nombre de personnes à des gens qui sont capables de challenge et les fournisseurs c’est un premier point je dirais aussi on a une organisation pour savoir capter les idées des fournisseurs qui est très spécifique tu peux nous en dire plus oui donc on a un comité d’innovation qui au niveau du groupe donc il reprend un peu tous les métiers donc à achat bien sûr r&d logistique manufacturing & marketing et n’importe qui peut remonter une idée l’innovation qu’il a captée par un fournisseur on sait les achats qui remonte des informations c’est aussi la r&d et d’autre et chaque et idées est soumise à discussion pour évaluer le potentiel de cette idée qu’il en découle soit l’idée part retenu et dans ce cas on se fait une obligation bien sûr dans la forme et le fournisseur et de l’expliquer pourquoi ce qui est déjà une information intéressante pour lui et si on retient l’idée on va on va avancer un peu plus sur l’aspect technique pour avoir les éléments qui nous manque on va faire des tests consommateurs même si enfin sur des marchés qu on présuppose pour voir quel est le potentiel de l’idée on va avancer là dessus est ce qu’il ya un leader en particulier ce que c’est un département qui gère ces comités ou pas forcément g6 et les achats les achats donc sachant qu’il y avait autour la table il ya le vice-président r&d il ya vice président innovation marketing ok laurence qu’il faut une organisation qu’elle est quel est votre avis vous en tant que président qui est également fournisseur puis également acteur qui travaille avec des fournisseurs ce qu’il faut une organisation spécifique ou est ce qu’il faut côté direction et nous on ne fait pas avec une organisation spécifique mais mais par contre l’organisation on va dire que nous avons elle est je dirais les adapter à sa d’accord donc c’est pas spécifique mais c’est quand même un peu toute la société voilà donc ça veut dire qu’on va on va essayer de capter capter des idées alors nous aurons le lait captant fait par notre marketing interne parce que bien qu’on fasse du marketing relationnel on a une équipe marketing interne mais le marketing interne cap soit par de la veille sada veille documentaire de la ville stratégique la voilà soit ce qu’on remonte on va dire par les équipes commerciales et qui remonte dans ce qu’on observe dans les salons professionnels dans ce qu’on observe chez nos clients voilà et puis ensuite il ya ce qui revient on va dire par les membres du comité de direction ça c’est important aussi voilà ce qu’ils observent on veut dire autour d’eux dans leur vie et puis des idées qui peuvent naître aussi des équipes de production voilà donc voila et elles sont stockées quelque part oui alors c’est absolument ça ça remonte on va dire par le service qualité et ça remonte au marketing et donc en fait le la cheville on va dire de l’innovation chez nous c’est notre marketing interne et après c’est directement avec moi un comité de direction et ont dit ok on prend ça où on prend ça on va là dessus on va pas là dessus on arbitre alors de temps en temps on se trompe d’accord on a on a fabriqué par exemple des cartes plastiques en amidon de maïs un accord parce qu’on disait il y avait entre la tendance écologique et c’est là et on s’était dit ben tiens on pourrait faire des cartes fidélité en amidon de maïs comme ça quand on les jette à la poubelle un ben c’est pas c’est pas polluant d’accord et donc on a on sait on s’est dit ben c’est une bonne idée et allons-y quoi d’accord on a fait des recherches on on avait des problèmes pour trouver la matière enfin c’était compliqué et en fait on en a vendu quelques unes d’accord je n’ai j’en ai vendu à nathalie gecko jusqu’au maurice elle à côté de l’été à l’écologie là pour ça la médiathèque de sa mairie d’accord mais ce que j’ai à ça a été vendu que voilà part du relationnel particuliers ou part parce qu’ils avaient une sensibilité particulière d’accord on en a vendu à ostheim quand ils ont fait le le ils ont fait foire européenne autour du maïs à ostheim avec avec le parlement rappelle alors là bon il en a vendu ça mais mais mais sinon c’est tomber complètement à plat d’accord donc un jeu pour le coup je me suis je me suis vraiment trompé là dessus je suis je suis parti sur quelque chose de qui était faux voilà et puis quelque chose qui a bien marché c’est d’essayer de sensibiliser toujours dans ce même domaine de l’écologie de sensibiliser en fait c’est visuel vous avez là sur la chaîne du papier voilà et le l’idée c’était de dire oui plus de plus d’informatique moins de papier 1 mais faisons du papier intelligent c’est le choix qu’il y avait un autre site à l’ail pour vous dire un peu ce que c’est qu’un papier intelligent voilà ça valait c’est un papier intelligent d’accord c’est un papier dans lequel on intègre en fait là là pour le coup c’est un code 2d 1 ou du papier sur lequel on avait invité nous on avait souhaité de bonnes vacances à nos clients un en écrivant on va dire en lettres dans le sable et avec des visuels différents sont donc c’était des hommes et des femmes et selon les tranches d’âge les hommes et des femmes selon leurs centres d’intérêt et où le canton mais un code 2d on va rattacher ça en fait à une page web ou à une interaction digital voilà et on s’est dit bon partant du papier intelligent on commence à former sur le papier intelligent et puis on a fait une opération complètement décalé là c’est le soleil que vous aviez avant où on a emmené en fait nos clients nos acheteurs dans la forêt 1 en dix ans il faut que vous compreniez ce que c’est les engagements vous savez les petits sig le fc fs est d’accord il faut que vous compreniez ce que c’est une forêts gérées de manière durable il faut que vous compreniez ce que c’est j’irais là cette chaîne de traçabilité du papier et donc sa part de la forêt les arbres qu on replante et on va jusqu’à jusqu’à la diffusion avec un papier tracé qui suit d’une forêt replanter et c’est donc on a emmené les acheteurs d’accord des gros acheteurs dans la forêt de rouffach puisqu’il se trouve qu’un rouffach c’est une des premières forêt à être gérées de manière durable comme il était à côté de chez nous c’était c’était bien un voilà et on a fait tout simplement alors on a leur montrer des arbres on a fait intervenir des forestiers pour leur expliquer comment comment s’était planté que ça dépassait complètement notre cycle de vie on parle d’arbres d’accord donc les chaînes concours aujourd’hui ils ont été plantés par nos ancêtres etc etc d’accord et on a expliqué comment on faisait le papier enfin d’accord qu’elle était la traçabilité 1 pour finalement arriver à ce logo la psf et c1 et à le mettre en fait ce logo bien sûr un document intelligent voilà donc c’est là et ça on est encore en train de faire des cycles de petit déjeuner pour des acheteurs et ça c’est pour le coup c’est la relation ces voix là c’est vraiment quelque chose qui a bien marché et qui fait qu’ils génèrent on va dire de plus en plus en fait de ces documents intelligent sur ces normes pfc effet c’est donc qu’ils sont complètement de respect finalement de notre environnement quoi de nos forêts voilà et on va dire s’est associé à des petites quantités d’accord parce que c’est de l’hyper personnalisé pour rebondir sur ce que vous dites au niveau organisation chez nous aussi on a un service marketing qui va identifier les besoins consommateurs et après donc de là va sortir un briche qui va être transmis aux fournisseurs il faut savoir que les fournisseurs chez eux chez eux ils ont embauché des publicistes certains ont carrément embaucher des publicistes ou des designers ils font des vrais brainstorming pour aboutir des projets qui après nous nous sont soumis et j’ai un exemple comme ça qui était nominé aux oscars de l’emballage on était venu on disait voilà pour kronenbourg on voudrait un pack qui soit pratique facilement stockables est visible en rayon et ils ont été très très créatif ils nous ont proposé un cube donc en fait au lieu de au lieu de comment dire de stocker les canettes sur une couche a mis deux couches de canettes et ça a donné une forme de cube qui est particulièrement visible en rayon et même la semaine dernière emballages magazine parlait de la praticité c’est que c’est quelque chose ça paraît simple comme ça mais c’est quelque chose qui est extrêmement nouveau qui existent aucunement dans le rayon boissons et c’est eux qui ont créé sa part leur brainstorming en interne d’eau au niveau de notre organisation finalement on repose complètement sur leur capacité de brainstorming et après nous on va évaluer techniquement lesquels quelles sont les possibilités j’imagine que via des études ou via les comportements des consommateurs les attentes des consommateurs ou les tendances on peut aussi essayer de se dire si une idée trouver un public où ça c’est dépassé ça ça fait partie du brief en fait c’est à dire qu’ils partent des tendances consommateurs pour se dire voilà la tendance et c’est ça c’est il faut la pratiquer du marketing et après je dirais 80% nos innovations se passe dans ce sens là je peux compléter parce que d’autres sociétés 3 et main en fait on part de du marketing de l’ agence de com jusqu’à la diffusion et donc on a effectivement des équipes des marketeurs qu un accord qui réfléchissent en fait de la problématique client à partir d’un brief ou à partir d’une idée ou quelque chose dans tendu un et qu’on voit ensuite proposés et donc on est de temps en temps en fait très très proches en fait de services achats ou servir marketing client avec nos équipes parce qu on a aussi la maîtrise technique de ce qu’on peut produire d’accord de ski et produisit bhl aujourd’hui en termes de un terme à leur douce et de la donnée ou cdu voilà mes mais forcément en fait il ya une grande proximité on va dire du client quoi en terme d’organisation marianne on en a un peu parlé mais est ce que au niveau 2 du comité de direction déjà plus fait partie du comité de direction et quand vous voyez qu’il ya des idées intéressantes venue des fournisseurs vous on vous laisse la parole on vous écoute on voulait s’implanter des idées oui les achats sont plutôt bien représentées on va dire chez cryostar c’est qu’elle signe que c’est une un département qui a plutôt du poids on est organisés en fait on a on s’est calé en fait l’innovation quelque part la recherche la r&d à un tempo que tous les projets en cours d’exécution un autre tempo différent c’est à dire qu’on ait ces questions quelque chose de beaucoup plus rapide donc on a des acheteurs qui sont on a calé finalement notre organisation engineering où il ya la partie engineering exécution et des projets en cours des projets à venir mais dans un très court terme et on a une côte et un jean et un qui est plutôt sur la partie conception développement on a calé sur cette organisation-là l’organisation à chat c’est à dire que nous avons des acheteurs des services achats en fait qu’ils sont beaucoup plus sur la partie exécution de projets qui vont négocier contractualisé pour ces projets qui sont en cours ou à venir sur un très court terme et nous avons ce que vous appelez des achats plus tôt à mon donc qui arrive bien avant le besoin qui vont eux avoir beaucoup plus de temps pas puisque pas on va dire impliqués et dans le tous les jours un quotidien voilà dans l’opérationnel donc ils auront beaucoup plus de temps en fait pour travailler avec la r&d et c’est eux qui vont driver la relation avec le fournisseur qui vont devoir le motiver parce que de temps en temps il faut aussi motivé les fournisseurs pour pour innover est ce que ce que nous avons fait c’est qu’en fait c’est ses responsables achats on va dire hamon en fait on les a transformés en community manager puisque le travers de tout ça d’avoir un peu une organisation achats bipolaire c’est qu’on peut avoir des acheteurs qui sont de le quotidien qui voit la performance des fournisseurs dans le quotidien avec les coûts les délais et autres qui sont peut-être pas forcément satisfait de ses fournisseurs dans ces domaines là par contre c’était des fournisseurs qui sont très très bons en innovation et donc on a besoin d’avoir le le les deux sons de cloche on va dire et donc nos acheteurs amont sont ceux qui pilotent les commodités pour justement avoir le la vision aussi de ce qui se passe dans le dans le quotidien mais toujours gardé l’innovation à l’esprit alors on parlait juste à l’instant des objectifs fournisseurs ou d amener les fournisseurs à innover je sais que dans l’automobile l’innovation ça fait parti d’un d’une des mesures de performance des fournisseurs est ce que dans vos organisations c’est le cas alors ils sont pas chez cryostar ils sont pas mesurés à proprement parler sur la partie innovations on n’a pas de on a pas de mesure on a pas d’incitation dans ce sens là nos fournisseurs sont sont plutôt incités à nous à travailler avec nous a donné des idées pour aussi rentrer sur des marchés en fait ils sont ils sont beaucoup dans l’image on a certains fournisseurs qui qui apprécient travailler avec cryostar justement parce que bon on titille un peu leurs bureaux d’études et on est toujours un petit peu en général on est à la limite de ce qu’ils savent faire et on les pousse toujours un petit peu plus loin et donc c’est là aussi le rôle de l’acheteur c’est que il va falloir de tentes ont motivé le fournisseur parce que de prime abord est dit mais ça je sais pas faire / je sais pas sur un réducteur sur des éléments un peu complexes qui doivent tourner à des vitesses très très importante qui se font pas en général dans le monde dit je sais pas faire et il faut vraiment pousser que l’acheteur ya et que les jeans erignac etc pour motiver le fournisseur et puis une fois que c’est parti le fournisseur vos cils interdit dans le jeu touche ce marché ça me fait aussi une image j’ai peut-être voir entrer sur ce marché pour d’autres produits etc etc ces rentes par là en fait tomber le motive ok comment on motive un fournisseur à innover ou à travailler avec nous sur des projets qui sont nouveaux quand on connaît pas forcément qu’elles vont avec la les partis ou les réussites ou pas d’ailleurs pour moi je trouve que le riche et important et d’ailleurs je discutais pas plus tard que la semaine dernière avec un fournisseur il m’a dit ça j’ai un exemple vécu donc en fait on avait commencé très large on avait pris une agence de consulting pour voir quels étaient les opportunités du marché france ou est ce qu’il ya des choses à développer ou est ce qu’il y avait carrément des choses manquante est prêt on avait fait un brainstorming en interne pour dire voilà comment on traduit en attributs et on est venu avec un brief relativement précis auprès des fournisseurs bien sûr j’avais vu avec les achats quel fournisseur contacté mais aussi on avait voulu sortir un peu de fournisseurs traditionnels pour ce type d’emballage donc avec eux on avait vu aussi en deux autres fournisseurs et donc il ya une partie des fournisseurs qui aurait pondu par des innovations pas si destructif que ça mais bon intéressante et on a eu la surprise un fournisseur qui était en train de développer une technologie c’est un très gros fournisseurs il ya plusieurs milliers de personnes qui travaillent chez eux et seulement dix personnes étaient au courant de ce projet là dans le silo mais pas le seae faux c’était vraiment ultra confidentiel et ils nous ont partagé avec nous cette innovation là parce que ils ont vraiment perçu que on serait intéressé et qu’il y avait une opportunité de partenariat avec eux sur cette innovation l’a simplement donner une innovation une idée pour donner c’est qu’il faut derrière qu’il ya une opportunité voilà il faut qu’ils soient rassurés sur le fait effectivement qui est une opportunité donc ses parts à brive précis ça peut être aussi par une offre de collaboration en tout cas ça c’est une chose qui est importante qu’en pensez vous laurent j’ai eu et j’ai une expérience qui est qui est très directe quoi donc dans nos productions on est amené à imprimer en numérique et donc dans l’impression numérique il ya un certain nombre de grands fournisseurs de machines 1 voilà et donc on ce que gérons discutent un petit peu avec les uns et les autres et puis on regarde à chaque fois qu’il ya des grandes foires mondiale les innovations des uns et les autres et en fait il ya quelques années j’ai pris un peu à partie la société xerox donc un teint très grand et ça m’a valu j’irai d’être invité au en fête au centre de recherche de rochester qui à la frontière canadienne américano-canadienne une première fois une seconde fois et puis et en fait on s’est rapprochés on va dire des services de r&d de xerox parce qu’on avait des demandes jury qui était qui étaient très précises coin et qui était qui challenge est en fait les chercheurs voilà donc ces voiliers une petite société de ofac voilà qui allaient challenge et on va dire le centre de r&d de rochester de xerox monde voilà sur des choses très très pointu coin dans la dans l’impression numérique et donc bon on a en fait nous et je dirais un partenariat tout à fait particulier en fait avec avec xerox depuis ce moment là et qui ce qui se poursuit qui a donné lieu je lirai des choses très intéressante sur la notamment sur la sécurité de la sécurisation de documents fiduciaires avec des micros impression d encre spéciale voilà on a on les a on a essayé de les faire imprimer en fait en numérique sur du pvc enfin d’accord voilà parce que on était on est toujours en fait nous sur l’ensemble des matières un peu papier plastique ou digitale et que et que l’on veut arriver à vraiment proposé en fait du multicanal à nos clients un voilà et donc ça veut dire qu’il fait beau il faut arriver pour arriver à le faire il faut aussi arriver à le fabriquer voilà un moment donné il faut c’est peu que du ces il ya plus que du virtuel d’accord il faut aussi revenir dans le monde réel coin et voilà donc c’est c’est un exemple avec zéro ksc on a fait des choses qui sont tout à fait sorti de l’ordinaire quoi et alors on protège rien mais quand ça sort sur le marché chez nous on a clairement quatre ou cinq en avance sur les autres quoi la question qui est souvent posée quand on parle d’innovation qu’elle soit d’innovation tout court l’innovation avec les fournisseurs c’est mais comment faites vous est ce qu’il ya un processus qui marche à tous les coups donc là on a un peu parlé d’organisation de doughty mais quel est votre avis par rapport à ça dans votre cas avoue qu est-ce qui a fait tilt dans au niveau des gens de xerox ils nous ont écoutés c’est vraiment du relationnel c’est vraiment du relationnel c’est qu’il ya eu à un moment donné j’ai eu une écoute d’un côté et de l’autre un voilà et puis je me suis jamais refusé à parler anglais ou allemand voilà et puis c’est une proximité une simplicité enfin je sais et puis à un moment donné on les a on les apprenants chalenge et sur des choses qu’ils étaient en train de travailler là mais on ne savait pas donc un peu comme ce que j’ai vécu aussi aux gens que cette voie là donc c’est aimer mais c’est pour ça que je dire c’est probablement jeu cepsa à six mois ou un an après on serait passé complètement à côté ou et mais à un moment donné en fait ça se rencontrent et puis on se comprend et on a envie d’y aller d’accord et voilà et ça s’est fait comme ça quoi c’est mais j’avais aussi dans mon métier là de l’impression traditionnelle j’avais créé aussi une une journée de l’innovation dans les arts graphiques où j’avais invité des gens du centre de recherche de l’impression de l’école de grenoble à d’ingénieurs et on avait travaillé en fait sur l’impression de d’écran voyez le l’écran d’ordinateur gizeh mais on doit pouvoir le faire en fait avec des encres d’imprimerie 1 et effectivement le sens à l’école de grenoble ils sont là dessus un essai proment demain voter dès demain vous pourrez les roulés d’accord et enfin vous voyez donc est-ce que j’ai il ya des choses qui n’existent pas encore mais mais sur lesquels la technique est pas loin et qui peuvent générer en fait des vrais produits de demain quoi voilà donc c’est je crois qu’il faut avoir aussi un peu un certain état d’esprit quoi je crois qu’il faut faut rêver quoi font rêver un petit peu parce que sa part de ça ça passe par un peu de dire les jeux j’ai cette idée ou ou quelqu’un à cette idée hein et puis on les écoute on la prend et on essaie d’en faire quelque chose mais ça marche pas toujours alors pour rebondir sur l’aspect relationnel une chose qu’on a fait aussi fait 15 berne l’an dernier pour la première fois c’est on a fait une journée innovation donc en fait on a invité une cinquantaine de fournisseurs et le matin on a présenté les attentes de carlsberg au niveau du packaging et au préalable on leur avait demandé de nous montrer trois de leurs innovations majeures et donc on a sélectionné huit fournisseurs par ce biais et l’après midi donc ce qui était pas retenu faisait une visite d’usiné et ce qui était retenu avec l’oeuvre leur propre salle et de tous les marchés il ya un certain nombre de personnes qui sont venues de marketing de r&d de de suply et ses pouvoirs les innovations que les fournisseurs ont présenté et les fournisseurs sont revenus très contente cette journée là parce qu’ils ont pu avoir le retour de ils ont pu avoir des accès à des personnes auxquelles ils n’auraient jamais eu accès d’habitude donc avoir des points de vue et mieux connaître un peu comment est perçu leurs innovations et en interne tout le monde était vraiment très content de voir des innovations auxquelles il n’avait pas forcément pensé et certaines innovations sont retenus et où on a créé comme ça des liens avec des nouveaux marchés donc dans le thème de la relation il ya aussi voilà c’est cet aspect échanges et reconnaissance aussi qui est qu important par rapport à ce projet qui a été d’ailleurs grand gagnant du trophée des achats organisé par la cdaf donc il ya deux semaines est porté par cécile dur donc ça aussi pensez aussi s’il ya des acheteurs dans la salle des responsables achats qui ont envie de promouvoir leurs bonnes pratiques leurs projets pensez à la cedh a fait penser aux trophées des achats puis qui vient d’arriver c’est qu’il ya c’est intéressant parce que ça permet de mettre en avant des nouvelles idées des nouvelles pratiques en termes de process nous a parlé tout à l’heure de brief là tu nous parles de deux projets on va réunir un certain nombre de fournisseurs est ce qu’il ya notre façon de faire à ton avis on en a une qui est là où les yeux je voulais dire aussi au relationnel monstre on peut aussi aller pousser un peu plus loin les fournisseurs dont on avait un projet de value engineering de réduction de coûts et donc on a contacté nos fournisseurs pour leur dire ben dans un mois vous revenez nous voir et vous nous faites des propositions de réduction de coûts donc certains ont joué le jeu et ont été très créatifs sachant que réduction coup ça veut pas dire forcément dégrader leurs marges s’est proposé de nouvelles innovations et d’autres au contraire était sur la défensive et en pas vraiment voulu répondre et on leur a dit mais vos concurrents ont proposé des solutions et on leur a donné entre guillemets une deuxième chance à un autre meeting où là ils ont été plus proactifs donc c’est aussi une façon les manager c’est une façon de travailler aussi avec eux des expériences passées puisque tu es dans l’innovation depuis longtemps est-ce qu’il ya d’autres procès ce que tu as peuvent remarquer ou de toutes façons de faire pour pouvoir innover avec les fournisseurs il conviendra tout à l’heure aussi ce qui bloque donc on ça marche pas esquisse pourquoi ça marche pas mais aussi la parole à marie d’autres procès ce nom je pense qu’à soi ça comme je disais il ya les deux schémas il ya conditionneurs poule donc c’est marketing qui va donner son briché ça va être développé où on est plus sur des innovations technologiques qu’on va vendre en interne après pour avancer et cette troisième façon de faire soucy un bref mais cette fois ci c’était des achats pour la réduction de pau marianne les process chez cryostar alors en fait c’est vrai que l’innovation c’est un petit peu difficile à décrire qui est calé le procès ce qu’il ya derrière tout ça en fait très pragmatiquement je pense qu’il y en a deux il ya la partie qui est management du changement puisque l’innovation c’est une rupture que ce soit sur un produit ou sur un process et le deuxième c’est la gestion de projet donc derrière c’est les process les modes de fonctionnement de ces du matelas manager du management du changement et de la gestion de projet qu’il faut mettre en place alors notamment management du changement il ya un petit bouquin que je pourrait recommander à tout le monde on avait parlé la dernière fois c’est alerte sur la banquise c’est un petit conte ses cinquante pages s’est fait par un professeur d’harvard qui explique les sept étapes en fait pour gérer le changement en fait il sort d’un petit pingouin c’est un conte donc que même le raconter à vos enfants ils sont des pros de la gestion du changement après donc globalement c’est un petit pingouin qui découvre que sa banquise est en train de fondre et il sait pas comment raconter ça et avertir tout son toute sa troupe et comment faire que trouver une solution parce que lille a aucune idée est en fait donc ça explique les différentes étapes qu’il faut pour mettre une entreprise ou mettre un groupe en mouvement donc gérer l’urgence générer le la notion d’urgence qui est la première étape et l’innovation c’est ça que ce soit en interne ou avec les fournisseurs j’étais il ya pas très longtemps avec un fournisseur où la demande est là des réductions de coûts 1 tout bête même chez nous on n’était pas trop convaincu on a créé cette notion d’urgence en disant ouais mais le marché sait ce qu’ils demandent si on travaille pas là dessus on a des risques de le perdre des risques de le dégrader il a fallu deux jours pour que ça rentre elle fait deux jours pour que vraiment ça descend même chez nous et au bout de ces deux jours on a vu qu’il y ait un déclic les gens ont dit ok là il faut vraiment qu’on fasse quelque chose d c’était la première étape donc ça ça peut être fait autant en interne qu’en externe et donc à cette étape à dérouler et ensuite une fois que l’innovation qui allie des masses est juste déroulée la gestion de projet pour que ça aille au bout pour pas que l’idée péricliter il reste dans un carton alors la gestion de projet qui va gérer tout ça c’est les achats ou c’est une double tête techniques achats en général c’est une double tête techniques achats où line pulse technique au niveau de l’engineering qui est fait donc en interne et puis l’achat qui va faire le lien avec le fournisseur qui va challenge est un petit peu la technique aussi de temps en temps ou qui vint peut les freiner qui qui va aussi s’assurer de d’éviter les risques principaux parce que quand on dit innovation et attentes on se compare dans des pistes ou bien tout d’un coup on se retourne et paca fournisseurs et ça lâche rien même pas bien donc c’est comment faire pour que il pas mis plus qu’un seul fournisseur on innove quand même mais qu’on se retrouve pas complètement coincé dans une situation où dans deux trois cinq ans on soit dans un vrai mot nos sources avec de vrais problèmes pour s’en sortir et là c’est tout le toutes les compétences de l’acheteur qui doivent être mis en place puisqu’il faut qu’ils aillent vendre aussi le fait éventuellement développer avec plusieurs fournisseurs et toutes les compétences et de dire jusqu’où je vais parce que ça coûte je développe deux fois donc ça peut coûter et là il faut qu’ils vendent tout ça en interne autant avec l’engineering pour parce que c’est des heures et auprès de la direction parce que effectivement c’est des coups alors quand ça marche pas quelles sont les raisons qu’est ce que vous avez pu observer quand ça marche pas comme ça qu’on n’y arrive pas quand il ya eu un problème et d’où vient le problème d’ailleurs en général quand ça marche pas c’est que la première est pas pour ce que j’ai vu et je dirais pas que c’est forcément le la majorité des cas mais en général quand ça ne marche pas c’est que la première étape de prise de conscience globale du besoin d’eux parce qu’être incantatoire en temps fou innover ouais bon ok pour innover vous avez dit ça vous avez rien dit ça il se passera rien donc globalement c’est tant que la première étape de prise de conscience il faut vraiment faire quelque chose parce que sinon il va se passer à autre chose donc ça c’est pas tant que ces pièces là n’est pas descendu donc les gens n’ont pas compris ça tant en interne qu’en externe en général il ya des idées puis après hop ça fait un flop et il se passe rien moi c’est ce que ce que j’ai pu voir dans mes différentes expériences réussies il peut y avoir plein de choses qui font que ça marche pas effectivement pour rebondir il est important d’avoir un mentor en interne dans le cadre d’une nouvelle technologie j’ai un exemple comme ça donc si je reprends l’exemple qu’on avait eu de la démarche on était venu d’une analyse du marché avec des consultants etc on avait donné un brief à des fournisseurs on a eu une proposition très très innovante équidés par ailleurs vous pouvez apporter un million d’euros de ses vink ce parent en packaging donc c’était pas négligeable et quand je les présentais bas malheureusement les différents directeurs avaient pas été impliquées et ils ont dit non je ne sens pas bien ce truc là non on investigue pas c’est pas assez premium etc et c’est vraiment important qu’ils soient impliqués dans le processus dès le départ pour éviter ce type de problème ça peut être aussi générateur de bataille un terme qu’on a une pépite oui oui alors c’est un vécu dans une autre société précédemment que j’ai eus où effectivement il y avait une pépite y avait une belle innovation mais il y avait d’autres collègues qu’ils voulaient vendre une autre innovation qui est en concurrence dont qu’ils ont coulé à la belle innovation en faveur de leurs propres innovations qui a fini par couler parce que toute façon ce n’est pas la route et au final on n’a pas innové du tout faits voilà donc perdant perdant perdant laurent pourquoi ça marche pas quels sont les facteurs n’y arrive pas qu’est ce qui fait que ça marche pas alors nous on a essayé une fois de dalé innové avec un centre de recherche une cellule d’un cnrs on voulait comprendre on va dire pourquoi quand on posait une encre on va dire sur un certain certaines qualités de plastique ça prenait et puis avec une autre ça tenait pas voilà et parce qu’on en avait dans l’idée de faire évoluer des produits et de faire évoluer on va dire des coûts de production et en fait on sait ça n’a pas pris et ça pas pris parce que on était trop loin dans notre manière d’être d’autres manières de parler un de nos entreprises ont fait dire des chercheurs voilà c’était drôle il fallait on se comprenait mais on n’était pas du tout on va dire sur les sur les même timing 1 nous envoyait on va dire des choses d’un mois sur l’autre et voilà et puis et puis le centre de recherches il l’était mais alors pas du tout on va dire il avait aucun objectif de temps et est donc cesser voilà on s’est retrouvé enfin moi je me suis assez drôle quoi on les a invités chez nous voir les ateliers pour voir quelles pouvaient être les facteurs on va dire qu’ils qui était perturbant on va dire de la matière chez nous et puis on s’est retrouvés un mois ou deux mois après chez eux le rendez vous fixé depuis longtemps et c est on arrivé là et personne n’était pas là quoi un accord et puis est arrivé le premier arrivé au bout d’une heure en short et en tongs d’accord dans son labo et on s’est dit mon dieu mais nous c’est sérieux quoi ce qu’on essaye de faire d’accord c’est pas et en fait c’est des petites et anecdotique un mais mais ça n’a pas pris d’accord et parce qu’on n’était pas on va dire sur le nid sur le même timing timing ni sur la même la même importance on va dire dans ce qu’on cherchait à expliquer 1 pour créer en fait un nouveau produit les chercheurs ne sont pas en temps non non mais c’est anecdotique encore c’est tout à fait drôle quoi et on l’a tout à fait bien pris 1 et les mêmes avec les mêmes en fait on s’est rendu service mutuellement un peu plus tard mais mais il ya un moment donné ça passe pas quoi pour rebondir cette notion de temps certain innovateur nous disent il faut du temps pour innover ou en espagne dans l’entreprise vous en pensez quoi de cette réflexion si vous êtes plutôt d’accord le temps s’est du coup voilà d’accord donc voila quand on lance nous un programme d’innovation dans lequel il a juré c’est en général quelqu’un de la cellule marketing et puis la cellule informatique un accord et on lance une recherche ou une ou un développement appliquer et à ce moment là ça commence à coûter quoi d’accord le compteur tourne et c’est des heures d’ingénieurs voilà donc donc c’est vrai que c’est quand on en est là dedans et quand on voit que ça on va aboutir enfin quand il ya des on se dit ok on continue mais quand on voit que ça ça sort pas c’est un facteur de stress pas forcément pour enfin pour moi très clairement et forcément ça descend dans mes équipes mais mais le facteur de stress il est vraiment on va dire pour la direction générale de l’entreprise parce que c’est du coup voilà donc on c’est vrai que quand on se bagarre tout le temps quand le temps on parlait de gestion du changement tout à l’heure est ce que pour vous c’est quelque chose que vous vous avez organisé particulièrement ou pas forcément j’en parlais tout à l’heure mais alors je chekri aux stars c’est pas forcément complètement organisée avec les sept étapes du changement là c’est plutôt la g dire la partie la référence la référence bon on parlait du temps effectivement juste pour revenir là sur la question tout à l’heure effectivement il faut du temps pour innover il faut un peu plus de temps alors on peut pas se laisser non plus puisque les marchés bougent on veut pas se laisser un temps infini mais c’est clair qu’il faut un peu plus de temps il faut surtout que les gens ne soient pas appelés par le quotidien donc c’est pour ça que nous on a vraiment séparé avait pas une frontière infranchissable mais laisser du temps aux acheteurs laisser du temps la partie r et d conception pour pour avancer sur ces sujets donc je vous propose de passer aux compétences est-ce qu’il faut des compétences particulières en a déjà un petit peu parle il faut un mindset on en a parlé mais au sein de vos achats déjà au niveau de vos acheteurs il faut des compétences particulières au niveau des achats chez 15 verbe haut niveau de l’équipe r&d innovations au niveau de la direction générale au niveau de vos acheteurs ce qui est ce que vous cherchez quand vous recrutez des compétences pour mettre à ces postes-là ou quand vous pas forcément quel est votre avis alors déjà sûre pour un acheteur pour qu’il travaille plus sur la partie amont je pense que vous permettra junior il faut déjà quelqu’un qui est un petit peu de connaissances la problématique archers cryostar on est sur des métiers quand même assez assez technique donc il faut quand même qu’ils aient il faut qu’ils aient une très bonne connaissance de leur marché parce que justement c’est l’acheteur qui va essayer de guider un petit peu la technique pour pour éviter de se retrouver coincé avec un fournisseur donc c’est jusqu’où je vais pouvoir aller quels sont les portes que je suis en train de fermer avec mes spécifications techniques que les génériques est en train de définir qui connaissent extrêmement bien son marché et ensuite bon je pense qu’il faut qu’ils aient des capacités de quelque part de commercial parce qu’il faut aussi qu’ils aillent vendre auprès du fonds des fournisseurs justement pour le motiver il faut qu’il aille éventuellement vendre auprès de la direction pour faire du du double source par exemple marketing à faire du marketing achats il faut qu’ils aient des compétences de bain petit peu de chefs d’orchestre aussi puisque toute la partie chef de projet toute la partie extérieure quand quand l’innovation va avancer il va falloir qu’ils qui le travaille avec le fournisseur qui le met les équipes en relation la qualité le bureau d’engineering et autres et puis qu’il faut qu’il soit qu’il ait la hauteur de vue vraiment il faut vraiment qu’il ait de la hauteur de vue qui puisse bien analyser son marché prendre du recul par restez pas rester collés sur la partie technique et et qu’il soit plutôt diplomate chez nous les acheteurs et moi le chef d’orchestre mais néanmoins effectivement c’est du management au niveau des fournisseurs donc il faut savoir les poussées il faut savoir aussi leur donner envie de travailler avec nous donc je dire en compétences et sa garde et une ouverture aussi sur l’innovation je pense que tous les acheteurs ont des objectifs de coût et de budget dont l’organisation le favorise comme chez nous avec les meetings qu on assez d’innovations ces revues d’innovation qu’on a et il faut qu’il garde une ouverture aussi sur la dessus et par rapport à ton propre poste par rapport à ton propre des propres compétences à ton avis pour tenir ce poste que tu es aujourd’hui oui est-ce qu’il faut des compétences particulières pour arriver au résultat est complètement effacée par ace management de fournisseurs donc c’est faux faut être transparent aussi il faut être honnête indien voilà ce qui se passe si on vous répond pas c’est parce que on est en train de réfléchir en interne ou des choses comme ça faut être transparent il faut c’est une relation de confiance donc ça s’entretient donnez aussi envie et partager les retours et aussi il ya des fois où les fournisseurs disent non peut pas et il faut les pousser aussi pour qu’ils y aillent alors cessé j’ai eu des cas de figure comme ça où j’avais deux fournisseurs qui a eu le même bruit y en avait un qui pour la bouteille grimbergen à 20 qui voulait mettre la petite croix sur le joint de moules de la bouteille et puis l’autre ils voulaient surtout pas la mettre la canebière c’était indispensable de mettre là et l’autre c’était surtout pas là et il a fallu au final on a retenu les deux fournisseurs il a fallu trouver un compromis c’était de la discussion les négociations alors laurent vous êtes aussi fournisseur vous même quand on vous demande d’innover quand un client vous demande d’innover quel compacte elle compétents s’il fait appel ou comment comment vous réagissez jusqu’à présent on n’a plus eu le contraire on n’est plus venu nous avec des propositions qui étaient des générateurs de valeur quoi d’accord de diminutions de coûts de voix là parce que on est on est dans ce mode là mais alors c’est vrai aussi d’accord que on était là on est sur un goy un gros marché pour le crédit agricole crédit lyonnais d’accord ou là clairement il demande en fait à une réduction de coûts un accord donc donc le ccd vraie problématique coin voilà et c’est vrai que de temps en temps c’est un petit peu à l’encontre on va dire de de ce que peuvent générer les achats quoi d’accord en étant le seuil est toujours d’acheter le moins cher etc de temps en temps en fait si vous voulez avoir d’innovation et puis et puis sauter une marche quoi il faut savoir aussi passés avec des fournisseurs qui voient là qui ont ses compétences la cua voilà et qui sont pas forcément toujours les moins chers voilà donc c’est il ya un équilibre d’accord c’est un équilibre entre l’innovation et pris quoi entre est très clairement il faut enfin faut pas s’en cacher quoi s’est il faut le dire voilà nous quand on propose en fait à main très nette avec toute une gestion derrière à partir d’un serveur c’est il ya un facteur de coûts 1 par contre après c’est un générateur de marange quoi un accord interne chez le client d’accord donc il va aller dire toujours 7 1 à un moment donné il va falloir mesure et on va dire aussi les coûts induits gagner on va dire c’est le chéquier en quoi tout à l’heure avant de donner la parole au public on a parlé de connaissances on a parlé de capitalisation des connaissances est ce que c’est quelque chose qui est mis en place au sein de vos organisations pour pour retenir des idées qui étaient trop en avance ou des process ou des who ou alors sept systèmes d’information ou ces outils n’existe pas mais est ce que vous voyez un intérêt à ces outils alors chez nous non enfin oui on archives des propositions que des fournisseurs on nous ferme on n’a pas de système informatique précis c’est à dire que si on tape des mots clés y’a pas un packaging qui ou une idée qui va sortir pour ses archives et quelques parts ou un répertoire faut savoir on organise et suffisamment pour qu’on sache le retrouver mais on n’a rien de précis par mots clés c’est vrai que c’est un intérêt puisque si quelqu’un part il ya toujours un risque de perte de connaissance et en même temps l’exercice est difficile il est difficile parce que déjà les technologies évoluent donc un contexte qui avait il ya dix ans n’est plus forcément ou même cinq ans et puis forcément valable aujourd’hui d’autre part ça la faisabilité des ponts aussi changent d’une usine à l’autre ça rend d’autant plus la complexe la chose voilà pour moi l’exercice est difficile à mes yeux votre avis chez crest r on a pas non plus un système de gestion et de 2,2 d’archivage on va dire des différentes vidéos des innovations on va dire on compense sa part le fait que ben on travaille plutôt en équipe et qu’on a des personnes qui tourne pas trop on n’a pas un turnover très important donc les idées restent les idées reviennent on a des innovations que l’on commence à travailler sur un an puis on va les oublier un an deux ans ça va revenir trois en trois ans près donc on arrive à les garder parce que les personnes sont là et il ya beaucoup de personnes qui sont impliquées alors on a eu un exemple qui disent eh ben voilà dans notre organisation tous les deux trois ans les gens doivent changer c’est notre politique donc visiblement chez cryostar au contraire c’est la fidélisation et également éviter alors on a une politique effectivement salariale et de qui est très très très poussée très avancé on est vraiment une entreprise et ça c’est la volonté de nos deux présidents successifs une entreprise à taille humaine est vraiment faite pour les hommes et par les hommes donc on est on est vraiment très très attaché aux hommes qui composent cryostar et c’est aussi pour ça que ils sont ils sont plutôt fidéliser en interne over relativement faible mais c’est vraiment c’est vraiment voulu c’est vraiment une vraie volonté l’entreprise alors juste pour information et entreprises de 500 personnes et nous n’avons pas de syndicat pas parce que nous les refusons mais parce que il n’y a pas eu de volonté d’ancrer une nécessité d’ancrer laurent par rapport à la connaissance chez 3m a on a des équipes il ya toujours un fond d qui passe est stable de temps en temps en fait on ça nous est arrivé effectivement de lancer de lancer un programme et puis on se rend compte en fait que qu’on ait trop en avance quand le marché est pas prêt et puis bon s’interrompent coin et puis on s’interdit pas on va dire de reprendre le sujet kouame mais on n’a jamais eu en a vraiment archives et nos projets en général quand on se lance dans quelque chose c’est pour le faire sortir on et comment on a on a quand même une on a un cycle chez nous qui est très rapide c en est quand même dans le marketing relationnel l’accord donc c’est extrêmement rapide j’ajouterai juste que si nous on archives pas les données les fournisseurs le font pour nous parce que j’ai donné enfin l’an dernier on a devant lui en donner un brief ils nous ont sortis des trucs il ya 5 10 en quoi on a une espèce de garder les emballages dans une espèce de bibliothèque chez nous tu poussiéreuse des fois et on retrouve la même chose ça c’est rigolo je vous remercie tous les trois ce que je vous propose c’est qu’on laisse la parole à nos à notre public avant de terminer je voudrais simplement encore demander quelque chose sur la pub quel est le budget que vous disposez pour faire la publicité je pense notamment aux bières carlsberg qui il ya une dizaine quinzaine dernier avait un budget monstre est ce que c’est encore le cas oui certainement oui c’est toujours important je peux pas vous dire les chiffres exacts moi je crains que ce soit cool qu’on m’autorise pas le dire mais dans le doute plus pas m’avancer plus est sur le lot paiera de copenhague a été entièrement payés par carlsberg oui c’est quelque chose qui est qu’il n’y dépasse tous est ce que vous imaginez ce que je sais du mécénat est lourde bonsoir j’aimerais apporter mon témoignage en tant qu’acheteur que je suis aujourd’hui et ancien de r&d que j’étais et en l’occurrence chez 3m l’histoire du post it chez 3m qui est un petit peu la vache clic et voilà l’arbre qui a caché la forêt était devenu la vache à lait de la société quand vous regardez l’histoire de cette invention j’ai des bus jusqu’à ce qu’elle est aujourd’hui la probabilité qu’elle arrive sur le marché c’est zéro il ya tellement eu de coup de chance de coup de bol de tout ce que vous voulez qu avoir des inventions de ce type là d’une manière régulière c’est extrêmement compliqué c’est la première chose la deuxième chose ça répond si pas une invention qui répondent à des besoins il articulé personne est allé voir troisième en livrant du post-it personne est allé voir renouvellement dans l’espace ces personnes est allé voir sony demandant la route man et pourtant c’était de très gros succès commerciaux donc on peut avoir beaucoup d’études marketing et de vente et tout ce qu’on veut mais dans ce cas là on fait du mythe ou généralement moins les gens de marketing que je voyais ces je veux le même en bleu est moins cher mais on fait que copier en fait que d’un cran mentale ont fait pas vraiment d’innovation fait pas de breakthrough ensuite sur les raisons des échecs alors la première c’est le n ya pas inventé ici ça je peux vous dire que même chez troisième quand vous travaillez dans une société américaine que vous n’êtes pas en europe ça fonctionne quand même et puis la réponse au cahier des charges pour innover c’est vous arrivez à 95 94 97 % des cahiers des charges c’est pas 100% donc on n’en veut pas ou une demande constante du produit qui doit répondre à 100% cahier des charges dont vous passer six mois un an deux ans trois ans et vous restez à 96 98 et finalement c’est abandonner parce que vous répondez pas aux cahiers des charges et qu’il faut passer à autre chose donc il faut aussi que les gens de marketing mais aussi les genres de rad a vraiment ceux capables de dire ok stop j’ai un produit ne correspond pas au cahier des charges initial pas à 100% mais il est suffisamment innovant pour que j’aille au moins le mettre sur le marché voir ce que ça donne si vous ne mettez pas sur le marché votre produit vous ne serez jamais s’il est bien ou pas bien ça restera purement en interne il se passera du tout et puis pour l’acheteur que je suis aujourd’hui un acheteur achète bien ce qu’il connaît bien c’est un grand classique mais embaucher des acheteurs qui est des connaissances techniques et pas uniquement des économies soient des financiers merci d’autres questions j’avais une petite question sur la motivation la mise en confiance du fournisseur en comment vous faites à entretenir cette dynamique de propositions des fournisseurs à savoir que en général il ya quand même un effort ça a été fort et pas forcément toujours récompensé parce que sans forcément avoir une forte croissance qui permet entre guillemets d’avoir de la place pour tout le monde donc comment vous faites vous personnellement pour entretenir cette dynamique dans la relation fournisseurs cette mise en confiance effectivement il ya eu des projets qui sont arrêtés ils avaient investi 200 heures dessus ou plus ca c c’est toujours difficile à gérer face et parler des volumes potentiels qui sont estimés quand on veut faire un nouveau lancement c et c’est leur montrer qu’on est toujours quand on est une société très innovante et ils savent que c’est par innovation qui peuvent dépasser leurs concurrents donc il faut quand même qu’ils continuent à innover pour gagner des parts de marché aussi vis-à-vis de leurs concurrents c’est une autre façon est-ce que vous signé des contrats d’exclusivité parfois avec certains fournisseurs sur des projets un peu critique justement c’est quelque chose qu’on essaie de casser c’est à dire que par le passé on a eu des contrats d’exclusivité on arrive à un monopole de marché qui est gênant et c’est quelque chose qu’on essaie de casser alors on peut négocier une exclusivité partiels sur 1 ou 2 ans et après on va ouvrir plus demande des fournisseurs en général oui bien sûr les pousse énormément pour ça parce qu’il ya d’autres questions justes pour juste pour préciser sur la partie confiance je pense que on peut pas demander un fournisseur déjà qu’on connaît pas d’innover pour nous donc soit il apporte son produit que lui connaît et finalement ils apportent pas d’innovation je pense que déjà avant de faire ce travail et que les fournisseurs il faut qu’ils aient déjà eu une longue relation de confiance qui s’installe vraiment on peut pas non plus demander tous les jours aux fournisseurs d’innover et de faire un bond technologique donc c’est vraiment une relation sur le long terme et ensuite pour les motiver mais c’est l’attrait des marchés c’est à dire que on va toucher un marché qu’ils ne connaissent pas qui va peut être leur permettre à eux de rentrer sur ce marché pour d’autres applications ça peut être aussi par le fait que cryostar à plusieurs marchés donc on a des forts volumes sur certains des volumes beaucoup plus faible sur d’autres qui sont peut-être beaucoup plus confidentiel tout ce qui est clean energy pour le moment tous les pays se regarde un peu sa part sa part un peu dans tous les sens ça par la biomasse la géothermie les vagues la température des différences de températures marines a pas vraiment dans tous les sens et il ya beaucoup beaucoup de déchets dans les projets il faut que les fournisseurs nous suivent c’est pas forcément évident hélas effectivement met en balance mais les différents marchés qu’on peut avoir pour pour ils le font pas pour dieu c’est pas du mécénat on va être clair ils le font pour pour de l’argent il faut pour gagner des parts de marché non tu vraiment et c’est à l’acheteur vraiment de trouver ce qui va motiver le fournisseur à faire cet effort de développement et de temps en temps mais ça remonte relativement ou chez le fournisseur puisque il faut que des décisions qui soient prises a relativement haut niveau donc il faut vraiment que l’acheteur motive et que le contact de l’acheteur soit motivé pour qui motive en interne à faire ce développement nous c’est un travail pas simple la simple du tout je voulais savoir comment vous répartissez les protections des innovations entre les fournisseurs et vos sociétés pour la part pour cryostar en fait nous déposons nos propres brevets sur nos machines charge aux fournisseurs si c’est d’innovation de sa part qui veut protéger donc avait lui déposé en 40 ans on a déposé une trentaine de brevets on en a une dizaine à venir nous protégeons nous nos brevets nous nous innovation par des brevets dans un certain nombre de pays dans les pays où nous sommes nous sommes actifs nous ne faisons pas de dépôts de brevets en copropriété ou autre nous c’est tout simple on a déposé un certain nombre de marques voilà mes mais globalement notre nos innovations on va dire on les déposera jamais parce qu’on est de l’ordre de 70 c’est du marketing et mais par contre c’est ce qui nous donne de la vence quand on fait quand on est copiée mais on est déjà sur autre chose nous il arrive qu’on donne à mme hamel briffa plusieurs fournisseurs est effectivement c’est ce qui fait la complexité c’est que il y en a qui vont des fois ils ont ils fait la même proposition parce que c’est des choses qui existent déjà dans d’autres marchés et on se posait la question de qui sait qu’au pied est-ce que ça va pas nous retomber dessus aussi si on les oriente un petit peu ou des choses comme ça c’est mais je pense que c’est plutôt chez les fournisseurs entre eux qui a fait de la protection et qui fasait qu’il faut qu’ils fassent de leur protection est-ce qu’il ya d’autres questions bonsoir vous parliez tout à l’heure de dans vos organisations internes d’un certain nombre de cloisonnement dans vos acheteurs innovation ou dans vos acheteurs flux opérationnels comment vous gérez la carrière de vos acheteurs un acheteur innovation restera de vitam aeternam acheteurs innovation où il existe des passerelles entre l’un et l’autre pour lui vous évoquez aussi un petit peu tout à l’heure la logique de pieds sur terre oui non ces passerelles permettent justement de garder de la tête dans les nuages et les pieds bien ancrés au sol alors les ya pas de nuire entre les acheteurs 1 c’est vraiment on a plutôt séparés dans le dans le quotidien on va dire c’est à dire un acheteur qui est projet faire un acheteur projet plutôt opérationnel va être sûr d’aider des projets en cours l’acheteur développement serait plutôt sur des alors on les appelle pas jeter en développement mais sera plutôt sur du sur du long terme ils travaillent ensemble au quotidien ils ont des réunions ensemble au quotidien un acheteur qui fait de l’opérationnel pourra devenir responsable achats pourra devenir ce que nous on appelle community manager en fait qui sont les acheteurs plutôt à shacham on va dire donc y’a aucune barrière après ça dépend effectivement des quelque part des qualités intrinsèques de chacun aussi il faut cette hauteur de vue quand même pour pour pouvoir gérer cette partie innovation et gérer ses différentes familles mais ya pas deux il n’y a pas de frontières oui pas de frontières une dernière question mais bonjour j’aimerai savoir est-ce que vous mesurez le rappeler le taux d’essoufflement vos fournisseurs à être force de proposition dans vos demandes au fur et à mesure que vous êtes donc vous amener les hauts-fonds 10h à innover lorsque vous mesure est ce que vous est-ce que vous mesurez en fait leur l’aurait soufflement c est ce qu il y en a certains qui effectivement au fur et à mesure vont se dégrader et vont plus vous amené de propositions ou est ce que c’est quelque chose que vous mesurez pas du tout en fait en fait effectivement le voit un petit peu enfin pour pour ma part on le voit un petit peu aux propositions qui nous qui nous font quand il faut vraiment les les relancer les c’est un travail de longue haleine qu’il faut faire x réunion pour qu’il se passe quelque chose on sent que là on n’est pas complètement vous mais qu’il ya un moment où ok peut-être le laisser souffler un petit peu et puis tout d’un coup on sait pas pourquoi en fait quelque part de temps en temps c’est peut-être parce qu’il y avait un blocage interne chez le fournisseur il fallait qu’ils convainquent quelqu’un une personne d’un qu’aux dires d’un management autres et puis tout d’un coup alors qu’on pensait que finalement c’était fini qu’il allait pas nous aider sur ce sujet là tout d’un coup nous fait une proposition qui nous arrive et ya pas si longtemps que ça donc c’est sais pas si c’est pas si évident que ça j’allais dire on mesure un peu l’essoufflement quand d’un coup on se rencontre on se retourne qui avait personne met d’accord et sur le sueur sur l’auto en fait quand vous demandez donc aux fournisseurs d’être d’être innovant vous savez quel cas le ratio vous avez en faite d’innovations qui vont entre guillemets jusqu’au bout avec un fournisseur donné en moyenne vous avez des chiffres un peu sûres non non non non je veux me surpasser encore d’accord donc voilà ça va on va arrêter pour ce soir je vous remercie beaucoup pour votre participation merci infiniment à nos trois intervenants nous allons applaudi merci à vous j’espère que le sujet vous intéresser merci beaucoup à la cdaf à la cci à l’asim nous avoir accueillis ici et on espère vous retrouver l’année prochaine à strasbourg cette fois ci au niveau des achats bonne soirée je sais pas où est le pot en fait il ya un petit pot juste la voilà au revoir

Achats et innovation : créer de la valeur avec de nouveaux enjeux

| Innovation Achat |
About The Author
-